Schott Music

Aller au contenu principal »

24/09/2018

Œuvre de la semaine – Arnold Schönberg: Moses und Aron

L’arrivée de Peter Theiler dans ses nouvelles fonctions d’Intendant à l’Opéra d’État de Saxe est marquée par la nouvelle production de l’opéra Moïse et Aaron due au metteur en scène Calixto Bieito. C’est le 29 septembre 2018 que la Première de ce chef d’œuvre de Schönberg est donnée au Semperoper de Dresde. Dans les rôles titres, on pourra voir John Tomlinson en Moïse et Lance Ryan en Aaron. Ils seront, sur scène, en compagnie du Vocalconsort de Berlin, du Chœur de l’Opéra d’État de Saxe et du Chœur symphonique de Dresde, l’orchestre de la Sächsische Staatskapelle étant placé sous la direction d’Alan Gilbert.

Après avoir mené à bien la fabrication du livret, Schönberg composa les deux premiers actes de Moses und Aron, qu’il termina en 1937, mais sans pour l’instant commencer le troisième acte. C’est beaucoup plus tard, le 6 juin 1957, que l’œuvre fut représentée en création scénique à l’Opéra de Zurich sous la direction de Hans Rosbaud, sans le troisième acte. En 1951, l’année de sa mort, Schönberg avait abandonné le travail sur le plan du troisième acte et suggéré la possibilité de donner cet acte seulement dans une version parlée, sans musique.

Arnold Schönberg – Moses und Aron: deux frères sont les guides d’une nation

Moïse est chargé par Dieu, auprès du Buisson ardent, de rapporter au peuple d’Israël sa rencontre avec Dieu. Il doit en outre libérer le peuple de ses relations avec des dieux étrangers, et le conduire hors de l’esclavage. Mais il se sent d’abord incapable d’accomplir cette tâche, et s’exclame « Mais ma langue est lourde ! » C’est pourquoi son frère Aaron intervient à son côté, car lui s’entend à accomplir l’ambassade divine. Schönberg illustre l’inégalité des capacités d’expression et de représentation des deux frères en confiant à Moïse une partie écrite presque intégralement dans la sobriété, alors qu’Aaron chante continuellement dans le style du Bel Canto, et qu’il est introduit dans la pièce par une musique sautillante. L’acteur principal reste cependant le Chœur, qui semble constamment en train d’expliquer au spectateur le véritable sens de l’action de Moses und Aron.

 Il s’agit de la difficulté ou de l’impossibilité à trouver des mots ou des images propres à exprimer le sens de la vie. C’est de cette impossibilité que provient toute la tension de la pièce. C’est une musique que j’aime beaucoup, et à laquelle mon oreille s’est accoutumée. Cet opéra est parfait, il fait penser à « Wozzeck » ou à « Salomé ». C’est un opéra parfait, parfait !  – Calixto Bieito

La Première du 29 septembre 2018 est suivie de quatre autres représentations de Moses und Aron à l’Opéra d’État de Saxe entre le 3 et le 15 octobre 2018.

 

© Semperoper Dresden/ Foto: Ludwig Olah