Schott Music

Aller au contenu principal »

15/10/2018

Œuvre de la semaine – Johann Strauss : Die Fledermaus

L’Académie des Beaux-Arts de Nanyang (NAFA) à Singapour présente sur scène pour la première fois, à l’occasion de son 80e anniversaire, une opérette dans son intégralité : le 21 octobre 2018, Die Fledermaus est donnée en représentation au « Lee Foundation Theatre ». Le mise en scène est confiée à David Edwards, la direction musicale de la soirée, à Lim Yau. Les chanteurs et acteurs, ainsi que les membres de l’orchestre, sont des étudiants, des enseignants et des anciens élèves de l’Académie – NAFA. L’œuvre est chantée en allemand, les dialogues sont parlés en anglais et en mandarin.

Le matériel d’exécution sur lequel repose cette production de La Chauve-Souris est la « Neue Johann Strauss Gesamtausgabe » (« Nouvelle Édition intégrale Johann Strauss »), réalisée par Michael Rot. Dans cette version améliorée, a été intégrée une nouvelle retranscription correcte et fiable de la partition. C’est ainsi que l’on dispose également dans cette édition des Finales prévus par Strauss pour le premier et le troisième actes, ainsi que du no1 du deuxième acte. La nouvelle édition accompagnée de son complément des versions antérieures contient également des rectifications concernant les phrasés, les indications de tempo et les instructions de dynamique, ainsi que des corrections dans la conduite des mélodies des parties vocales comme en matière d’instrumentation. En outre, des passages du texte en prose ou des textes chantés qui auraient été incorrectement transmis ont été corrigés. L’image précédemment gentillette de l’opérette se montre maintenant sous des contours musicaux nettement plus acérés.

Johann Strauss – La Chauve-souris : de Vienne à Singapour

Le lieu de l’action de l’opérette est transposé par la NAFA dans la Singapour moderne. C’est là que paraît le riche commerçant en œuvres d’art Gabriel von Eisenstein, en conflit avec la loi et condamné à une peine de prison. Il laisse ainsi seules son épouse Rosalinde ainsi qu’Adèle, la femme de chambre. Rosalinde attend cependant déjà Alfred, son amour de jeunesse, qui est par erreur arrêté et incarcéré peu après par le geôlier de la prison. Le Docteur Falk persuade son ami Eisenstein de l’accompagner à une réception chez le Prince Orlofsky, au lieu de purger sa peine de prison. Lors de cette réception paraissent également Adèle et Rosalinde, cette dernière déguisée en Comtesse, auprès de qui Eisenstein entreprend une dernière tentative de flirt. Autour d’une mystification du Docteur Falk se déroule toute une farce comique.

 Peut-être la « Chauve-Souris » est-elle un chef-d’œuvre précisément parce que la musique joue le rôle d’une plaque tournante de la dramaturgie, formant ainsi une unité inséparable avec le texte, dans laquelle chaque personnage ne prend connaissance de son identité que dans le miroir de l’autre. – Michael Rot

Il sera encore possible de voir Die Fledermaus de la NAFA au cours de deux autres soirées à la Lee Foundation du Théâtre de Singapour. D’ici la fin de l’année ont lieu par ailleurs deux nouvelles productions réalisées à partir de la Nouvelle Édition intégrale Johann Strauss : le 10 novembre 2018 au Théâtre de Fribourg et le 21 décembre à l’Opéra de Lausanne.

 

©  Nanyang Academy of Fine Arts