Schott Music

Aller au contenu principal »

28/05/2018

Œuvre de la semaine – Bohuslav Martinů : Koncert

Le 2 juin, le Koncert pro klavír a komorní orchestr è. 1 (Concerto pour piano et orchestre) de Bohuslav Martinů célébrera sa première représentation sous forme scénique au Semperoper, l’Opéra de Dresde. C’est sur cette musique qu’est dansé le ballet Heatscape de Justin Peck, qui forme une partie de cette soirée chorégraphique en trois parties présentée sous le titre de 100°C. C’est le Ballet du Semperoper et l’Orchestre de la Staatskapelle de Dresde, placé sous la direction d’Eva Ollikainen, qui seront les interprètes de Heatscape pour la première fois sur une scène européenne. Les costumes sont signés par Reid Bartelme et Harriet Jung, les décors sont de Shepard Fairey/ObeyGiant.com.

Justin Peck, qui a fait ses débuts au Ballet de New York en  2007, a vu sa carrière se développer dans les années suivantes jusqu’à devenir un  danseur et chorégraphe très recherché. Après la création de Heatscape avec le Miami City Ballet en 2015, il a particulièrement fait l’objet d’une attention accrue. Le New York Times a même été jusqu’à le présenter comme « le plus important chorégraphe des États-Unis ».

Bohuslav Martinů – Koncert : la précarité des relations humaines

Peck transpose le Koncert de Martinů, datant de 1925, sur le côte atlantique de Floride du Sud. L’argument repose sur une question récurrente : qu’est-il possible de voir, et qu’est-il impossible de voir ? Tout au long des différents mouvements du Koncert, Peck décrit différents scénarios concernant de jeunes couples et soulignant la précarité des relations à l’intérieur d’une grande communauté de jeunes gens. Le rapport entre les solistes et l’orchestre correspond fidèlement à celui du piano vis à vis de l’orchestre. Faisant preuve à la fois d’une grande richesse chorégraphique et d’une extrême musicalité, Peck, dans Heatscape, transforme le concerto pour piano en des images poétiques prenantes.

« L’œuvre elle-même se meut entre l’abstraction et la narration, ce qui a pour effet de requérir l’interprétation du public. » – Justin Peck

D’autres représentations de cette production auront lieu également les 6, 10 et 15 juin, ainsi que les 1er et 5 juillet 2018. La reprise de ce ballet au Semperoper est fixée au 9 septembre 2018.

 

photo: Miami City Ballet / Daniel Azoulay