Schott Music

Aller au contenu principal »

11/06/2018

Œuvre de la semaine – Andrew Norman: Spiral

Andrew Norman fait partie des compositeurs les plus connus de sa génération, et reçoit régulièrement des commandes de la part de grands orchestres. C’est pour la Saison d’adieu de Simon Rattle en tant que chef permanent des Philharmonistes de Berlin qu’il a écrit sa plus nouvelle œuvre, Spiral. Cette pièce, créée le 14 juin à la Philharmonie de Berlin, fait partie de la série de concerts produite sous le titre générique de « Tapas », dans laquelle des œuvres courtes mais riches de contenu doivent ouvrir l’appétit pour la musique contemporaine.

Récemment – l’an dernier –, Norman a composé son opéra pour enfants A Trip to the Moon (Un  voyage dans la lune, littéralement : Un aller-et-retour pour la lune), destiné au projet « Vokalhelden » (« les héros vocaux ») des Philharmonistes de Berlin dans leur programmation. Il a obtenu un succès tout particulier en 2017 avec sa pièce pour orchestre Play, pour laquelle il a reçu le Grawemeyer Award, tandis qu’il était, la même année, désigné comme « compositeur de l’année » par Musical America.

Andrew Norman – Spiral: un tourbillon musical

Spiral dépeint les transformations d’un petit nombre de gestes instrumentaux se succédant les uns aux autres en cercles de plus en plus petits. Les cordes divisées, attaquant les unes à la suite des autres comme des robots, forment ainsi une sorte de spirale musicale.

« L’idée d’une pièce orchestrale « en spirale » m’habitait depuis un certain temps. Certaines idées, certains mouvements, ont été clairement inspirés par l’expérience que j’ai vécue auprès de Simon et des Philharmonistes de Berlin (à savoir : en ce qui concerne leur énergie physique d’une nature et d’une précision particulières). » – Andrew Norman

D’autres exécutions de Spiral seront données les 15 et 16 juin. La première audition en Angleterre a lieu le 23 juin dans le cadre des Proms de la BBC, qui sont partenaires de la commande, par le BBC Symphony Orchestra placé sous la direction de Karin Canellakis.