Paramètres
 
Panier (0 article)
Mon panier

Votre panier est vide.

Schott Music

Aller au contenu principal »

Œuvre de la semaine – Chaya Czernowin: Infinite now

17/04/2017

C’est le 18 avril qu’a lieu, à l’opéra des Flandres de Gand, la création du nouvel opéra de Chaya Czernowin Infinite now. La mise en scène est confiée à Luk Perceval, Titus Engel est au pupitre de direction de l’orchestre. Infinite now est le résultat d’un projet de coopération entre le Théâtre national de Mannheim, l’Opéra des Flandres, et le Centre Pompidou – IRCAM de Paris.

Le livret, issu du travail commun de la compositrice avec Luc Perceval, se base tout autant sur la nouvelle titrée Homecoming (Retour à la maison) de l’auteure chinoise Can Xue, que sur la pièce de théâtre Front, de Luc Perceval, qui porte à la scène le roman d’Erich Maria Remarque, À l’ouest rien de nouveau. Ces deux œuvres partagent en commun le thème de la « persévérance » : dans Front, les soldats, enterrés dans la tranchée, semblent être condamnés à un combat apparemment sans fin. S’ils avancent de quelques kilomètres, c’est pour ensuite revenir à la position originelle qu’ils occupaient à leur départ. Dans Homecoming, une femme croit, au cours d’un voyage, traverser une maison avant de s’apercevoir qu’il est en fait impossible de la quitter. C’est ainsi que l’opéra mélange deux mondes apparemment étrangers l’un à l’autre, dont le point commun consiste à trouver de l’espoir dans le moindre élément de vie.

 

Infinite now de Czernowin : l’existence dans l’Ici et Maintenant

 

Infinite now repose sur une structure composée de formes toujours répétées et toujours en augmentation. Chaque acte débute par le bruit d’un portail de fer. Il s’agit à chaque fois de variations du même son originel, même si ce son est le plus souvent à peine reconnaissable. Puis vient une petit scène purement musicale, et ce n’est qu’ensuite qu’intervient le texte. Les six chanteurs eux aussi obéissent à une structure clairement définie : il sont répartis en deux trios dont chacun est attribué à l’une des deux strates de texte. C’est ainsi que le matériau de Front est interprété par un trio composé d’alto, soprano et basse, tandis que l’histoire de Homecoming l’est par mezzosopran, baryton et contreténor. Les rôles principaux de chacune des histoires sont confiés à l’alto et au contreténor. Lorsque ces deux voix chantent ensemble, elles se fondent en quelque sorte en une voix androgyne.

De cette manière, il n’est pas seulement question dans cet opéra du « retour à la maison », ou de la première guerre mondiale. Le sujet est bien celui de notre existence dans l’Ici et Maintenant. Comment nous survivons, comment nous sommes déterminés à survivre et comment même la plus infime étincelle de force vitale rend possible notre survie et ainsi peut-être aussi l’espoir. – Chaya Czernowin

Après sa création, Infinite now reste visible à Gand pour trois représentations, les 20, 22 et 23 avril. Puis suivent les représentations d’Anvers, le 30 avril et les 3, 5 et 6 mai. Le 26 mai a lieu la première représentation allemande au Théâtre national de Mannheim, et le 14 juin est le jour de la première représentation française à la Cité de la Musique de Paris.

 

 

Photo: premières Infinite now-esquisses de la compositrice Chaya Czernowin