Schott Music

Aller au contenu principal »

10/09/2018

Œuvre de la semaine – Gavin Bryars: Lauda 47 (Faciamo laude a tutt’i sancti)

Le 14 septembre, la nouvelle œuvre de Gavin Bryars, Lauda 47 (Faciamo laude a tutt’i sancti) pour soprano, ténor et ensemble de musique du moyen-âge, est donnée en première audition mondiale au cours d’un concert de minuit à la Cathédrale d’Uppsala en Suède, interprétée par l’Ensemble Serikon avec les solistes vocaux Anna Maria Friman, soprano, et John Potter, ténor.

Depuis 2001, Bryars a écrit un grand nombre de courtes pièces vocales désignées par le titre de « laude » (pluriel de lauda, « louange »), et fondées sur des compilations de chants de dévotion moyenâgeux datant du XIIIe siècle italien. Bien que réinventées dans le langage d’aujourd’hui, les « laude » de Bryars conservent la pureté lyrique ainsi que l’austérité du style original. D’une durée de 3 à 5 minutes chacun, ces brefs chants sont régulièrement publiés dans des recueils destinés aux chanteurs du monde entier, de manière à ce qu’ils puissent les ajouter à leur répertoire.

Gavin BryarsLauda 47 (Faciamo laude a tutt’i sancti): « chantons un chant de louange pour tous les saints »

Jusquà ce jour, Bryars a écrit plus de 40 laude de sa main, destinées à des instrumentations variées, y compris la voix solo, voix et ensemble, et même le chœur dans son entier. Presque toutes comportent une partie de soprano solo, que Bryars compose toujours en ayant en tête la voix de la soprano suédoise Anna Maria Friman, ce à quoi cette Lauda 47 ne fait pas exception. De façon inhabituelle cependant, l’ensemble instrumental comprend deux flûtes à bec ténors, un orgue positif et une trompette à coulisse, qui n’avaient encore jamais été utilisés dans les précédentes laude.

La véritable fascination éprouvée par Bryars pour les formes initiales de la musique ancienne se reflète également, outre ces laude, dans sa composition de nombreux Livres de Madrigaux, dont le dernier – le « Sixième Livre de Madrigaux à 6 voix » –  a été publié en 2015.

« Les madrigaux de mon Sixième Livre présentent des textes de Pétrarque, clerc érudit et poète de la Renaissance italienne. Les Sonnets de Pétrarque m’ont attiré sous de nombreux aspects, ne fût-ce qu’en raison de la place privilégiée qu’ils tiennent dans la musique italienne de madrigal, mais aussi pour la beauté poignante de leur poésie et pour l’éclat resplendissant de leur technique. » – Gavin Bryars

 

© photo: Gautier Deblonde