Paramètres
 
Panier (0 article)
Mon panier

Votre panier est vide.

Schott Music

Aller au contenu principal »

05/06/2017

Œuvre de la semaine : Stefan Heucke – Deutsche Messe

La création de la Deutsche Messe (« Messe allemande ») de Stefan Heucke, sur une traduction de Norbert Lammert, a lieu le 10 juin 2017 à la Stephanskirche de Mayence, dans une interprétation dirigée par Steven Sloane, avec le Deutsche Symphonie-Orchester Berlin et le Rundfunkchor Berlin. Les solistes sont Juliane Banse (soprano), Birgit Remmert (alto), Tilman Lichdi (ténor) et Michael Nagy (basse).

Il ne s’agit pas de la première collaboration entre Stefan Heucke et le président du Bundestag Norbert Lammert. En 2010, déjà, Heucke avait mis en musique la nouvelle traduction réalisée par Lammert du « Pater noster », dans son œuvre chorale Unser Vater (« Notre Père »). Il n’est donc guère étonnant que Lammert, tout de suite après cette composition, ait repris contact avec Heucke pour lui proposer de mettre en musique sa traduction de la messe. La commande musicale fut finalement passée par le Deutsche Symphonie-Orchester de Berlin. La Deutsche Messe, composée pour 4 solistes, chœur et orchestre, comporte six parties : Erbarmen (« Pitié », Kyrie), Ehre (« Gloire », Gloria), Glaube (« Foi », Credo), Anbetung (« Adoration », Sanctus), Unser Vater (« Notre Père », Pater noster) et Friede (« Paix », Agnus Dei). Conformément à la tradition générique de la Missa solemnis (messe solennelle), les cinq textes de base constitutifs de la messe catholique sont présents. Lammert ajoute cependant au texte sa traduction du Pater noster. Heucke fait donc appel dans cette œuvre à sa composition déjà existante du texte, en l’adaptant pour un plus grand effectif orchestral. Pour la mise en musique de la messe, Heucke s’est reporté aux messes de Machaut, de Beethoven, et jusqu’aux réalisations les plus actuelles. Il crée ainsi une œuvre correspondant aussi bien à sa conception personnelle en tant que compositeur contemporain qu’à la tradition dans laquelle s’inscrivent d’autres grandes compositions de messes.

La Deutsche Messe de Heucke : en signe de dialogue

Ce n’est pas un hasard si cette création a lieu en 2017, année du 500e anniversaire de la Réforme. Avec sa traduction de la Bible en allemand, Martin Luther rendait l’Écriture sainte accessible à tous ceux qui ne maîtrisaient pas le latin. Il introduisit également un nouveau déroulement de la messe. La transposition par Luther de la messe catholique romaine à destination du service divin réformé ne se réalisa qu’au prix de profondes transformations de la liturgie d’origine. Lammert, au contraire, traduit tous les textes de l’ordinaire de la messe latine. Bien que sa version ne soit aucunement la première en langue allemande, on découvre ici une similitude frappante avec la démarche de Luther. Malgré cette réminiscence de la traduction de la Bible par Luther, et malgré la date de sa création en l’année jubilaire de la Réforme, la Deutsche Messe de Heucke ne constitue en rien une pure œuvre réformée. Par leur collaboration, le catholique Hammert et le protestant Heucke envoient ensemble un message fort à l’œcuménisme et au dialogue entre les confessions. On en trouve trace dans la musique elle-même : fidèle au choix d’un vocabulaire adapté, la sonorité de la langue de Heucke est elle-même moderne. Il fait cependant appel à la présence sonore grégorienne et aux chorals luthériens, évoquant ainsi des éléments issus des traditions de chaque confession.

Je rêverais de continuer à suivre les fleuves tracés par les hymnes grégoriens primitifs, lesquels ont également été transmis dans la musique d’église protestante, afin de parvenir ainsi à réaliser une synthèse qui engloberait la musique vocale des croyants à l’église de la même manière que la tradition de la musique polyphonique du Moyen-Age l’a fait avec la musique classico-romantique symphonique et chorale, jusqu’aux techniques de composition dodécaphoniques et ce qui en a découlé. – Stefan Heucke

Après cette création, l’œuvre sera donnée les 11 et 12 juin au Steintor–Variété de Halle et au Konzerthaus de Berlin.

 

Photo: © Jonas Holthaus (Rundfunkchor Berlin)