Language
 
Panier (0 article)
Mon panier

Votre panier est vide.

Schott Music

Aller au contenu principal »

27/11/2017

Œuvre de la semaine – Toshio Hosokawa: Futari Shizuka

Aller rechercher la tradition musicale japonaise dans l’ici et maintenant et la mener de front avec la musique savante européenne est l’une des caractéristiques saillantes du compositeur Toshio Hosokawa, dont le nouvel Opéra de chambre Futari Shizuka (Les deux Shizuka) est présenté le 1er décembre en création mondiale au Festival d’Automne de Paris. Sous la direction de Matthias Pintscher sont placés les musiciens de l’Ensemble Intercontemporain en compagnie de la soprano Kerstin Avemo ainsi que de la chanteuse et danseuse de Théâtre Nō Ryoko Aoki.

Futari Shizuka est, à l’origine, l’une des histoires de Théâtre Nō remontant au XIIe siècle. Il s’agit ici de l’une des trois formes traditionnelles de théâtre japonais, qui réunit ensemble la danse, le chant et le jeu de masques. Dans une mise en scène très dépouillée, plusieurs histoires sont racontées dans le strict respect de certains modes de récit. L’auteur japonais Oriza Hirata a composé un nouveau livret sur l’histoire de Futari Shizuka. Le récit du destin de la danseuse Shizuka, qui était mariée à un guerrier samouraï, connaît une fin malheureuse. Hirata continue l’histoire de Shizuka : son esprit prend possession du corps et de l’âme d’Helene, jeune fille en fuite qui chante sur le rivage de la mer sa douleur causée par la guerre, la haine et la perte d’une personne aimée.

Futari Shizuka de Toshio Hosokawa : tradition et histoire contemporaine.

Hosokawa met en opposition des parties chantées en anglais à d’autres chantées en japonais, mais il les relie cependant les unes aux autres en confiant le rôle chanté d’Helene à une soprano classique et celui de Shizuka à une artiste traditionnelle de Théâtre Nō.

De nombreux artistes, au Japon, souhaiteraient l’avènement d’un art nouveau et, pour ce faire, se placent dans la dépendance d’influences venues d’Europe ou des États-Unis. Et de nombreux intellectuels japonais trouvent curieux de me voir parler du Japon. Ils disent qu’on n’en a pas besoin, que le monde forme un tout… Mais la tradition musicale japonaise est vraiment différente – et, en ce qui me concerne, je suis partagé entre le Japon et l’Europe –, cela est très difficile et je me sens quelque peu isolé. – Toshio Hosokawa.

C’est le 3 décembre, au lendemain de la création mondiale, qu’a lieu la première représentation en Allemagne, à la Philharmonie de Cologne. Un autre Opéra en un acte de Hosokawa, The Raven (Le corbeau) est représenté au Théâtre national de Luxembourg les 7 et 10 décembre.