Schott Music

Aller au contenu principal »

18/09/2017

Œuvre de la semaine – Krzysztof Penderecki: Sixième Symphonie

L’histoire de la symphonie en tant que forme est remplie de phénomènes bizarres, parmi lesquels on trouve une « Inachevée », une « Symphonie n° 0 » (dite « Zéroïème »!), tandis que d’autres reçoivent de nouvelles numérotations ou des doublures de numéros… C’est à cette série de bizarreries qu’appartient également la Sixième Symphonie de Krzysztof Penderecki, puisque sa septième et sa huitième sont terminées depuis bien des années, et que chacune d’elles a été jouée des douzaines de fois.

Cette nouvelle œuvre est présentée le 24 septembre par le Guangzhou Symphony Orchestra dans sa ville d’attache, avec en soliste le baryton Chen-Ye Yuan, sous la direction de Long Yu.

Krzysztof Penderecki – La sixième Symphonie: des mélodies chinoises en guise d’adieu à la forme symphonique

Ce sont huit mélodies composées sur des textes chinois qui forment l’épine dorsale de la Sixième Symphonie, huit mélodies que Penderecki a souhaité relier entre elles par des intermezzi solistiques confiés à l’instrument à cordes « erhu ». Comme dans ses deux symphonies précédentes (ou bien suivantes?), le compositeur a placé la vocalité au noyau même de l’œuvre. L’effectif orchestral est cependant bien plus réduit, et le caractère de la pièce semble bien plus relever d’une intimité relevant de la musique de chambre – parfois jusqu’à la mélancolie – que ce n’était le cas auparavant. De même, la durée de la pièce, qui n’excède guère ici les vingt minutes, est de moitié plus courte que sa septième et sa huitième Symphonies.

La Sixième Symphonie, à laquelle Penderecki a donné le surnom de « Chinesische Lieder » (Mélodies chinoises), est son adieu déclaré à cette forme compositionnelle – bien qu’avec les Symphonies, n’est-ce pas, il faille s’attendre à tout…

J’ai passé des dizaines années à chercher et à trouver de nouvelles sonorités. Dans le même temps, je me suis mesuré aux formes, aux styles et aux systèmes harmoniques du passé. Je suis resté fidèle à ces deux principes… Ma création actuelle est une synthèse de tout cela.Krzysztof Penderecki

La première exécution allemande est prévue par la suite pour les 5 et 6 mai 2018, dans le nouveau Kulturpalast Dresden. Là, c’est Michael Sanderling qui dirigera la Dresdner Philharmonie.