Schott Music

Aller au contenu principal »

22/08/2016

Œuvre de la semaine – Thomas Larcher : Symphony No. 2

Le 28 août est la date de la première exécution au Royaume–Uni de la  Symphonie No. 2 ‘Kenotaph’ (2e Symphonie « Cénotaphe ») de Thomas Larcher, dans le cadre des concerts-promenades de la BBC (BBC Proms) de Londres, jouée par l’Orchestre symphonique de la BBC placé sous la direction de Semyon Bychkov. Bychkov, à qui la symphonie est dédiée, a dirigé la première mondiale de l’œuvre avec les musiciens de l’Orchestre philharmonique de Vienne le 3 juin de cette année, à Vienne.

Alors que ses premières compositions s’étaient tout d’abord nourries de tout le poids de son expérience en tant que musicien de chambre, Larcher s’est peu à peu aventuré dans l’écriture pour des orchestres plus fournis, en commençant en 2010 par Red and Green (Rouge et vert). Cette pièce servit ensuite de base de travail à la création de sa première symphonie Alle Tage (Tous les jours) pour baryton et orchestre (2010–2015), qui fit suite au succès obtenu par A Padmore Cycle (Un Cycle pour Padmore) pour ténor et orchestre, en 2014.

Symphony No. 2  –  « Un tombeau pour les âmes oubliées et perdues »

Symphony No. 2 est une pièce de 35 minutes, une symphonie en quatre mouvements, qui conserve de fait, par endroits, la sonorité plus intime de ce qui était envisagé au départ – un concerto pour orchestre. Écrite pour un orchestre en grand effectif avec un important pupitre de percussions, la composition de Larcher parcourt différents niveaux d’énergie musicale, afin de rechercher une teneur et une structuration certes exploratoires, mais en parfaite connaissance des traditions et des formes classiques. Le sous-titre de la symphonie, « Cénotaphe », fait allusion à des monuments érigés pour la commémoration de personnes tuées à la guerre, ou, selon les propres mots du compositeur, « des tombeaux pour les âmes oubliées et perdues ». Dans l’angoisse due à la continuation en Europe de la crise des migrations de populations, en particulier, Larcher transmet son sentiment dans cette œuvre.

« Des milliers et des milliers de gens se sont noyés en Méditerranée pendant qu’en Europe, tout le monde restait sur les côtés sans rien faire, se contentant d’observer la tragédie ou même de détourner le regard. [Cette symphonie] est le symbole de ce qui s’est passé et qui se passe toujours en plein centre de l’Europe ». – Thomas Larcher

Les exécutions d’œuvres de Larcher, dans les prochains mois, comprennent Ouroboros, pour violoncelle et orchestre de chambre, par l’orchestre de chambre de Norvège le 13 septembre à Oslo, avec le violoncelliste Jean–Guihen Queyras et le chef Per Kristian Skalstad, et la même pièce le 13 octobre à Salford (Royaume–Uni) avec l’orchestre philharmonique de la BBC, le violoncelliste Matthew Barley et le chef Ben Gernon, en première audition dans ce pays. Le 6 octobre, à Bergen (Norvège), Edward Gardner dirigera A Padmore Cycle avec le ténor Mark Padmore et le Philharmonique de Bergen. Le Tonkünstler–Orchester Niederösterreich, sous la direction de Yutaka Sado, interprétera Red and Green en Autriche les 7 (Vienne), 8 (Grafenegg) et 9 octobre (Vienne).

15/08/2016

Œuvre de la semaine – Christian Jost: An die Hoffnung

Christian Jost, Klaus Florian Vogt: An die Hoffung

Dans le programme de son concert d’ouverture, le 10e festival de Grafenegg (Autriche) présente la première audition mondiale du nouveau Lied avec orchestre de Christian Jost An die Hoffnung (À l’espérance). Commande du festival, l’œuvre est interprétée le 19 août avec en soliste Florian Vogt, et le Tonkünstler–Orchester Niederösterreich dirigé par Yutaka Sado. C’est là une des rares occasions d’entendre le ténor dramatique Florian Vogt dans l’interprétation d’une composition contemporaine. Son arrivée sur le devant de la scène eut essentiellement pour occasion sa prise de rôle de Lohengrin au Théâtre d’Erfurt en 2002 – et ce rôle reste aujourd’hui encore l’un de ses rôles fétiches. Continuer la lecture de « Œuvre de la semaine – Christian Jost: An die Hoffnung »